Goggle Analytics

vendredi 27 février 2009

Révolution culturelle & Télévision Publique

Hautement consciente des nouvelles charges
Qu'impliquait la modernité,
La Tête entreprit de réformer le Corps.
***
Pour commencer, il fallait rajeunir 
Ce Corps qui ne rendait en miroir que décrépitude
Et ne rendait guère honneur à la vigueur de la Tête.
***
Le Corps, qui était un peu bête, résista,
Aussi la Tête décida d'en changer.
Elle tua un jeune corps, et décolleta
Proprement sa jeune Tête de linotte.
Elle dut contraindre par la force
Le vieux Corps récalcitrant à lui obéir,
Et ainsi elle se coupa le cou.
***
Elle ne put jamais réintégrer
Le jeune Corps tant désiré,
Faute de mains à gouverner.
Ni le jeune corps vigoureux,
Ni le vieux Corps entêté dans son refus,
Ne voulurent obtempérer.
***
Le vieux Corps en particulier,
S'entêta dans une attitude passéiste,
Nostalgique et pour tout dire
D'arrière-garde. Leur immobilisme,
Fidèle en cela à des traditions surannées,
Ne daigna pas prendre part à l'élan
Merveilleux de la Révolution, Culturelle,
Opérée par la Tête.
***
Une autre version de l'histoire prétend que
Le vieux Corps rencontra une nouvelle Tête, 
Peut-être pas tout à fait adéquate, 
Peut-être moins habitée du sentiment
De sa jeunesse et de sa perfection,
Traumatisée par une séparation ancienne et douloureuse.
Leur attirance les rapprocha tant et plus que
La Tête pas tout à fait adéquate et le Corps pas si décrépit,
Finirent par décider d'accepter les avanies du passé
Et de former un duo singulier,
Tandis que la Tête réformée continuait à vitupérer,
Sur le bord de la chaussée.
Ils prirent la route en réfléchissant 
A la colère qui nous pousse à tout briser.
La Tête tentait d'apaiser le vieux Corps
Et ils poursuivirent leur long cheminement.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Un seul regret : la fin. Ils pourraient tout aussi bien se couper les mains, et du haut de leurs jambes, jouer à sauve qui peut! Un plan basket à qui mieux mieux... Là peut-être aussi, ils diraient :
"-c'est pas moi c'est la faute à l'autre! Un café et un taxi SVP, j'enverrai la note, là vous pouvez compter sur moi"
Bouboulina

HENNINGER a dit…

Je voulais juste souligner la violence d'une révolution culturelle, qui se fait au détriment de ceux qu'elle prétend servir et crée l'exclusion des esclaves indociles. Ainsi, je copnnais des cadres qui croient mettre en oeuvre les objectifs qui leur ont été assignés : au lieu de détruire le poste, ils détruisent la personne...
Si la modernité, c'est aligner tous les hommes sur les idées étriquées d'un seul, la modernité ne peut que provoquer un rejet massif : l'avenir doit être désiré par tout un chacun au détriment des conceptions individualistes : l'évolution, tout comme l'intérêt général ne sera jamais la somme des idées de quelques personnes fortes de leur pouvoir et non de leur pertinence.