Goggle Analytics

dimanche 24 mars 2013

« Lucette » & « Verre de Bohême » (Alliette Audra)

                                  LUCETTE
-
      Je la vois avec une robe bleue,
      tranquille au seuil de la grande forêt
      des rouges-gorges et des hochequeues.
      Elle ne dit mot car son cœur est prêt,
                  *
      et son nom est lumière en plein silence
      Des oiseaux pour elle ont chanté la nuit
      deux ans de suite à Noël, la naissance
      de cet Astre nouveau dont le feu luit
                  *
      dessous les bois et dessus les clairières.
      Ils ont chanté pendant qu'elle se tait,
      les larmes étant la seule prière
      de son âme que le ciel enchantait.
                  *
      Avec sa robe bleue et les mains jointes,
      elle est au bord de la grande forêt
      dont les sapins ont la croix à leurs pointes.
                  *
      Et Dieu habite dans son cœur secret.
Alliette Audra (1897-1962) est une poète bien oubliée. La preuve ? Je viens de créer sa fiche sur Wikipedia. Pourtant, elle fut l'amie du poète Francis Jammes, elle traduisit des poèmes d'Elizabeth Browning et de William Butler Yeats. Lucette est issue du recueil « Ce que disent les souffles » paru en 1949, et récompensé par l'Académie française en 1956. J'ignorais tout d'elle il y a peu ; peut-être cet oubli est-il à rapprocher de sa foi sincère et profonde ? En France, pays où les intellectuels athées ont beaucoup d'influence, on n'aime guère les écrits trop religieux, et pourtant dans les poèmes d'Audra, il y a l'amour des choses et des actes, un talent visuel et un pouvoir d'évocation surprenant :
                  LE VERRE DE BOHÊME
-
      Quelque part dans le vieux monde
      autour d'une table ronde,
      dans un verre de Bohême
      j'ai bu à celui que j'aime
                  *
      Des gens au regard usé
      qui buvaient pour s'amuser
      se racontaient des histoires
      dont la gaieté semblait noire.
                  *
      Et puis ils brisaient leurs verres,
      en prenaient d'autres qu'à terre
      ils jetaient aussi bientôt.
      Je tremblais sous mon manteau
                  *
      d'être parmi ces convives.
      Mais ne faut-il pas qu'on vive,
      autour d'une table ronde,
      quelque part dans le vieux monde ?
                  *
      Deux chiffres entrelacés
      au cœur du verre placés,
      inscrivaient le nom que j'aime
      dans ce cristal de Bohême.
                  *
      Mes doigts l'effleuraient à peine.
      Le calice de la Cène
      me revenait à l'esprit,
      comme si j'avais compris
                  *
      que toute chose est un signe
      dont il faut se trouver digne :
      Car ce verre était mon âme,
      et le vin sanglant la flamme
                  *
      aux reflets de diamant,
      d'un éternel sentiment.

2 commentaires:

Mireille a dit…

Bonjour,
J'aimerais entrer en contact avec l'auteur de cet article qu sujet de la poétesse Alliette Audra.
Avec remerciements,
Mireille Newman Jammes

HENNINGER a dit…

Bonjour, Il me semblait que mon adresse mail était accessible par mon compte. La voici : bernard.henninger@orange.fr
Au plaisir d'échanger, B. Henninger = soufflereve