Goggle Analytics

jeudi 30 mai 2013

Love me or Leave me (de Ruth Etting à Nina Simone)

Je vous invite à découvrir avec moi un des chansons les plus populaires du XXème siècle, « Love me or leave me », en suivant le guide. Voici les paroles originales, très émouvantes :
This affair is killin' me
I can't stand uncertainly
Tell me now I've got to know
Whether you want me to stay or to go
-
Love me or leave me 
Or let me be lonely
You won't believe me, I love you only
I'd rather be lonely

Than happy with somebody else
-
You might find the night time
The right time for kissing
But night time is my time

For just reminiscing
Regretting instead of forgetting

With somebody else

There'll be no one
Unless that someone is you
I intend to be independently blue

I want your love
But I don't want to borrow
To have it today to give it back tomorrow
For your love is my love there's no love for nobody else


(bridge, ou Pont) (puis reprise chantée, légèrement différente de l'original :)
There'll be no one unless that someone is you
I intend to be independently blue
Sayin'
I want your love don't wanna borrow
Love you today to take back tomorrow
Your love is my love, My love is your love
And there's no love
For nobody else.

Une fois n'est pas coutume, un esprit aussi fermé à l'anglais que moi met en avant Nina Simone (Don't Let Me Be Misunderstood, Mercury 1955). Au risque de faire un contresens, je vous en propose une traduction rapide : 
     Cette histoire me tue,
     L'incertitude est une torture,
     Dis-moi, maintenant que je sais,
     Si tu me veux près ou loin de toi.
               -
    Aime  ou quitte moi, mais laisse moi seule,
    Ne me crois pas, je n'aime que toi,
    Je préfère ma solitude à celle d'un autre.
             -
    Tu dis que la nuit est le temps des baisers
    La nuit n'est que le temps où me souvenir,
    Et me ronger, au lieu de feindre avec un autre
            -
    Il n'y aura pas d'autre toi, si ce n'est toi,
    Je vais me noyer de tristesse, de regrets,
            -
    Je veux ton amour, pas un emprunt d'une nuit,
    Posséder ton amour aujourd'hui, et t'en faire don demain,
    Ton amour sera mon amour,
    Et il n'y aura pas d'autre amour.
Au départ, c'est une morceau de jazz entendu à la radio, qui me scotche littéralement. Beaucoup de profondeur dans cette mélodie. Il me semble comprendre qu'à l'origine, il y a un film de Charles Vidor de 1955 avec Doris Day et James Cagney, intitulé en français « Les pièges de la passion ». Doris Day a chanté une version concert de cette chanson, très classique, avant que le jazz s'en empare. J'en ai trouvé une version par Ella Fitzgerald, une autre, instrumentale, de Lester Young et du Teddy Wilson Quartet (qui est à l'origine de ce billet) et enfin, au détour d'une recherche, une pure merveille en concert de Nina Simone...
 D'où vient cette chanson qui me bouleverse ? Je n'arrive pas à trouver le parolier, peut-être le scénariste de Charles Vidor ? A force de chercher, je trouve une critique bien documentée : il s'agit donc de l'histoire scénarisée façon Hollywood de la chanteuse Ruth Etting dont vous pouvez apprécier le beauté ci-contre, et je me souviens alors que je l'ai vu, il y a longtemps, à la télé, adolescent... Cagney y joue un rôle de gangster amoureux d'une étoile, une brute au cœur d'artichaut, près à tout pour que celle qu'il aime trouve le chemin de sa gloire. Or, plus elle devient célèbre, puis elle s'éloigne de son étrange Pygmalion... Il faudrait le revoir. La chanson date-t-elle de Ruth Etting ? Ou a-t-elle été créée pour le film ? Le msytère s'épaissit...
 Jusqu'à ce que mon ami Bertrand m'apprenne qu'il s'agit bien d'un standard de 1928, composé par Walter Donaldson et chanté par Ruth Etting, les paroles sont de Gus Kahn et, merveille, on trouve sur la toile l'original de la chanson et la belle... (il y a même une fiche Wikipedia, mais elle est en anglais : « Love me or leave me »).

Et, comme les images sont rares, la voici, dans une autre chanson, mais on la voit en image :


Aucun commentaire: