Goggle Analytics

dimanche 26 janvier 2014

Comme un avion sans aile

Comme un avion sans aile,
J'ai chanté toute la nuit,
J'ai chanté pour celle,
Qui m'a pas cru toute la nuit
                -
Et même, même si j'peux pas m'envoler,
J'irai jusqu'au bout,
Oh oui, je veux jouer
Même sans les atouts.
               -
Toi, tu fais semblant 
De regarder ailleurs,
Tu dis même 
Que j'te fais peur,
Pourtant tu sais j'tiens plus d'bout,
Aussi crevé qu'un danseur.
               -
Oh, il fait lourd, 
Et grande, grande nuit blanche
Et grande grande nuit d'orage,
Le tonnerre gronde
Mais y a pas d'éclair
               -
Écoute la voix du vent
Qui se glisse sous la porte,
Écoute on va changer de lit, changer d'amour
Changer de vie, changer de jour
               -
Et même, même, si tu fais plus rien,
Tu vois moi, j'aboierai encore...
Mais tu t'endors sous mon piano,
Quand je joue faux
               -
Oh libellule,
Toi, t'as les ailes fragiles,
Moi, moi j'ai la carlingue froissée
Mais j'ai chanté toute la nuit.
               -
-
Charlélie Couture poursuit depuis trente ans un chemin qui n'appartient qu'à lui. Cette chanson a bercé mes vingt ans, même si je ne la comprenais pas... Je me souviens de la critique sans concession d'un copain m'expliquant d'un ton docte : « Comme un avion sans aile, c'est joli, mais ça ne veut rien dire... ». Aujourd'hui, ça fait sourire, et on en vient à regretter que la chanson ait pris sens... Je me souviens qu'à l'époque où j'écrivais des scénarios, ce devait être vers 1998, j'ai écrit une comédie musicale, co-écrit en théorie, mais en pratique ce fut un cheminement solitaire : à l'époque, je rêvais que Charlélie Couture aime cette histoire et accepte de mettre en musique les chansons, je lui ai même envoyé le scénario...
- Version quasi d'origine : 
- et une version beaucoup plus récente : 

Aucun commentaire: