Goggle Analytics

dimanche 22 décembre 2013

Chansons d'ailleurs (Brigitte Fontaine)

Peut-êtr' il n'y a pas d'ailleurs
D'ailleurs ailleurs n'est que peut-être
Mais quand ici se tir' ailleurs
Ailleurs arrive ici peut-être (hum hum hum)
                        -
Mais il n'y a pas de peut-être
Il n'y a rien d'autre qu'ici
Qui joue à être et à paraître
Maybe to be or not to be
                       -
D'ailleurs il n'y a pas de mais
Mais c'est difficile à admettre
Puisqu'on voit le faux et le vrai
Qui font le valet et le maître
                       -
Mais il n'y a pas de puisque
Puisqu'il n'y a jamais de mais
Pas de sauf que, de sauve qui peut
Si rien n'existe et si tout est
                       -
Mais puisqu'on n'est que ce qu'on est
Alors il n'y a pas de si
Ni de toujours ni de jamais
Sauf que pourtant peut-être si
                       -
Sauf qu'il n'y a pas de pourtant
D'ailleurs c'est ça que je disais
Il n'y a pas de noir, de blanc,
Il n'y a pas d'avant d'après
                       -
Alors il n'y a pas d'ailleurs
D'ailleurs il n'y a pas d'alors
Mais si tout est à l'intérieur
Non rien de rien n'est en dehors
                       -
Alors voilà peut-être alors
Voilà tout alors voilà rien
On est dedans on est dehors
Et rien n'est mal et rien n'est bien
                       -
Alors peut-être, alors vraiment
Alors sauf que, alors c'est ça
Alors puisque, alors pourtant
Alors vraiment, alors voilà
J'ai découvert il y a une quinzaine d'années, à l'occasion d'un concert de Brigitte Fontaine (où j'avais suivi mes amis en traînant un peu les pieds), les paroles de cette incroyable chanson qui sont de Brigitte Fontaine et la musique d'Areski Belkacem, son vieux compère. Si je rajoute Jacques Higelin, l'évocation sera complète. D'ailleurs la seule version de cette chanson que j'ai trouvé, très drôle puisque ni l'une ni les autres ne desserrent la bouche, les met en scène tous les trois. Mais clairement, le côté absurde est l'œuvre de Brigitte Fontaine, Higelin aime la fantaisie, Belkacem l'humour, et elle, aime cette déstructuration du langage par le langage, cette destruction de la logique par la logique, cet humour merveilleux qui donne à douter de tout...

Aucun commentaire: