Goggle Analytics

samedi 20 novembre 2021

Le vingtième siècle (Albert Robida)

-
Au marché aux livres, un bouquiniste présentait un livre rare, « Le vingtième siècle », du peintre et romancier, Albert Robida, mon édition date de 1884.  La rareté et l'originalité du livre en font tout le sel. Les déplacements aériens dans la ville, la maison tournante aérienne, une ancêtre de la télévision nommée électrophonoscope :

-

-

Et des reproductions couleurs : la mode en 1952, une scène de théâtre en trois langues, où Robida représente le même meurtre mis en scène de trois façons différentes suivant qu'il se déroule en France, en Angleterre ou en Allemagne et à nouveau la mode « soirée »en 1952... Le livre est parsemé de reproductions couleurs qui étaient assez nouvelles à l'époque. Avec des impressions à trois couleurs de très belle facture.

-

-

lundi 1 novembre 2021

Prix des Utopiales 2021

 Lors de la troisième journée des Utopiales ont été remis les différents prix, littéraires et cinématographiques qui couronnent la manifestation. L'affiche de l'édition 2021 est l'œuvre d'Alex Alice.

- Joëlle Wintrebert à la convention de Science-fiction 2021 -

Le Prix extraordinaire des Utopiales est remis à Joëlle Wintrebert.

Le Prix Utopiales Européen 2020 est remis à Tade Thompson pour « Rosewater ».

Le Prix Utopiales Européen 2021 est remis à Auriane Velten pour « After® ».

Le Prix Utopiales Européen Jeunesse 2020 est remis à Marie Pavlenko pour « Et le désert disparaîtra ».

Le Prix Utopiales Européen Jeunesse 2021 est remis à H. Lenoir pour « Félicratie ».

Le Prix Utopiales BD 2020 est remis à Merwan pour « Mécanique Céleste ».

Le Prix Utopiales BD 2021 est remis à Mathieu Bablet pour « Carbone & Silicium ».

Le Prix du meilleur scénario de jeux de rôle du pôle ludique est remis à Pierre-Eric Mouton pour le scénario « Ceux qui vont mourir ».

Le Prix Julia Verlanger (prix hébergé par Les Utopiales) est remis à Mary Robinette Kowal pour le roman « Vers les étoiles ». 

Le Prix du jury de la compétition internationale du long métrage est remis à Mamoru Hosoda pour « Belle » (dessin animé).

Mention spéciale du jury de la compétition internationale du long métrage remis à Alessandro Celli pour « Mondocane »

Le Prix du public de la compétition internationale du long métrage est remis à Junta Yamaguchi pour « Beyond The Infinite Two Minutes ».

Le Prix du jury de la compétition internationale du court métrage est remis à KD Davila pour « Please Hold ».

La Mention spéciale mise en scène du jury de la compétition internationale du court-métrage est remis à Miguel Campana pour « The Following Year ».

La Mention spéciale animation du jury de la compétition internationale du court métrage est remis à Erick Oh pour « Opera ».

Le Prix du public de la compétition internationale du court métrage est remis à Miguel Campana pour « The Following Year »

Le Prix Canal + de la compétition internationale du court métrage est remis à Bruno Du Bois pour « Zealandia  ».

Source : Unification

dimanche 24 octobre 2021

Âme, te souvient-il, au fond du paradis... (Verlaine)

      Âme, te souvient-il, au fond du paradis,
      De la gare d’Auteuil et des trains de jadis
      T’amenant chaque jour, venus de La Chapelle ?
      Jadis déjà ! Combien pourtant je me rappelle
      Mes stations au bas du rapide escalier
      Dans l’attente de toi, sans pouvoir oublier
      Ta grâce en descendant les marches, mince et leste
      Comme un ange le long de l’échelle céleste,
      Ton sourire amical ensemble et filial,
      Ton serrement de main cordial et loyal,
      Ni tes yeux d’innocent, doux mais vifs, clairs et sombres,
      Qui m’allaient droit au cœur et pénétraient mes ombres.
      Après les premiers mots de bonjour et d’accueil,
      Mon vieux bras dans le tien, nous quittions cet Auteuil
      Et, sous les arbres pleins d’une gente musique,
      Notre entretien était souvent métaphysique.
      Ô tes forts arguments, ta foi du charbonnier !
      Non sans quelque tendance, ô si franche ! à nier,
      Mais si vite quittée au premier pas du doute !
      Et puis nous rentrions, plus que lents, par la route
      Un peu des écoliers, chez moi, chez nous plutôt,
      Y déjeuner de rien, fumailler vite et tôt,
      Et dépêcher longtemps une vague besogne.
      Mon pauvre enfant, ta voix dans le Bois de Boulogne !

Paul Verlaine

Une circonstance particulière – une traduction dont je relis les épreuves – m'a mis en présence de ce poème de Verlaine que je ne connaissais pas. Qui plus est, cité par une autrice dont je connaissais déjà l'excellente culture française. Une recherche rapide permet de savoir qu'il fait partie d'un ensemble de poèmes dédiés à la mémoire de Lucien Létinois, un amour de Paul Verlaine, qui allait l'attendre tous les soirs à la gare d'Auteuil avant de rejoindre ensemble leur logement à Boulogne

dimanche 10 octobre 2021

Les steampunk bords de Marne

 

-

Il s'agit là de pièces de musée, des pompes qui servaient à alimenter l'usine qui prélevait de l'eau pour alimenter Paris. Tout cela est regroupé dans un petit square le long de la Marne, juste à côté de l'usine moderne, l'occasion aussi d'évoquer les « Rats de Montsouris » (sous réserve) où Nestor Burma fait connaissance avec les truites qui attestent de la pureté de l'eau des réservoirs...

-
... à demi-enterrées et décorées de graffitis, et puis loin, visiteur plus en rapport avec l'univers de Tardi, un héron de bord de Marne – peut-être plutôt une grande aigrette ? – de belle taille, et visiblement accoutumée aux passants qui la photographient...
-

mardi 28 septembre 2021

En revenant des Aventuriales

-

De retour des Aventuriales 2021, je vous propose des mots, des photos et des portraits, répartis sur deux pages :

Page 1 : En revenant des Aventuriales - 1

Page 2 : En revenant des Aventuriales - 2

Bonne visite !

En revenant des Aventuriales de Ménétrol 2021 -2

 Suite des photos réalisées lors des Aventuriales de Ménétrol 2021 (© Bernard Henninger) :

- Gilles Debouverie -
- Dominique Lémuri -
- Isabelle Sauvage -
- Peter F. Hamilton - 
- Lloyd Chéry -
- Célia Flaux -
- Fabien Clavel -
- David Bry -
- On reconnaîtra Arnauld Pontier et en arrière-plan, Bénédicte Coudière et Gaëlle Dupille -
- Orezza d'Antes -
- Nadia Coste -
- Émilie Querbalec -
- Aurélie Wellenstein -
- et aussi, au détour d'une visite, des cosplayers -
-
-

En revenant des Aventuriales de Ménétrol 2021 - 1

-

Cette année, les Aventuriales, un des rares salons à s’être tenu en 2020, renouaient avec un climat convivial : l’épidémie recule et l’immense majorité des participants sont vaccinés (et ce fut même un sujet rarement abordé).

Une joie certaine animait visiteurs et exposants, heureux de renouer avec un rite, une grande foire de l’imaginaire, avec des animations, des livres, des artisans, des clubs de jeux et autre cosplay et une manifestation populaire de littérature qui confirme sa qualité et sa tenue exemplaire.

-

J’y ai participé aux côtés de Christian Hochet, sur le stand de Présences d’Esprits, puis, à force d’allées et venues, je me suis adonné à mon passe-temps favori, saisir quelques portraits. Tous n’y sont pas, bien sûr j’ai essayé d’ajouter quelques plans larges pour donner une idée de l’animation.

-

-

Pour moi, ce fut l’occasion de revoir Nathalie et Lilian Ronchaud, mon éditeur de l’Ivre Book. Mais aussi Vael Cat, Nathalie Bagadey, Sébastien Tissandier, Nicolas et puis tous mes amies et amis écrivains : Bruno Pochesci, Jean-Christophe Gapdy, Michelle Labeeu, Sébastien Capelle, Emilie Querbalec... cités dans le désordre le plus complet et que les autres veuillent bien me pardonner (Arnaud, Sylvain, Corinne, Patrice, Frédéric...)

Et maintenant les photos.

Nota : toutes les photos sont © Bernard Henninger et disponibles sur simple demande.

-

- Margot AGUERRE -
-
Ivan Kwiatkowski
-
Juliette Baron
-
Jennifer Daïna
-
- Julianne Viricel -
- Thibault Beneytou -
- Charly Cosa -
- Nadine Debertolis -
- Nathy Liall -

mercredi 1 septembre 2021

Lin Zhao et Zhang Zhixin (mémoire)

Lin Zhao et Zhang Zhixin

-


Poétesse chinoise, née en 1931, Lin Zhao, aprés s'être engagée dans le Parti Communiste Chinois, devint  une dissidente. Lors de la « Campagne des cent fleurs », une opération menée par Mao qui vire de la démonstration libérale à une farce macabre, Lin Zhao conteste la politique de Mao.

Mise à l'écart, emprisonnée, libérée par périodes afin d'arrêter certains de ses proches – grâce à une surveillance policière –, Lin Zhao passera l'essentiel de sa vie en prison. Elle y écrit ses poèmes. Privée de stylo, elle se servira d'épingles à cheveux pour se lacérer les mains et écrire avec son sang en se servant de l'épingle comme plume. Le 29 avril 1968, elle est condamnée à mort et un policier réclame à sa famille le demi-yuan pour payer la balle qui a servi à l'exécuter.

Réhabilitée officiellement en 1981. 

Zhang Zhixin est elle née le 5 décembre 1930. Elle fut emprisonnée au moment de la Révolution Culturelle pour avoir critiqué l'idolisation de Mao. Fidèle communiste, elle fut emprisonnée, torturée puis exécutée par décapitation le 4 avril 1975. En 1979, elle a été réhabilitée et déclarée "Martyre", mais l'enquête a été stoppée.

En 2009, un autre dissident chinois, Yan Zheng-Xue, réalise dans son jardin deux statues, représentant Lin Zhoa et Zhang Zhixin. Malgré la reconnaissance, l'université a refusé qu'il en fasse don. Les statues sont exposées depuis dans son jardin.

-

Anne Kerlan a écrit un livre sur la première :  « Lin Zhao : Combattante de la liberté ». 

-
(j'ai surligné en rouge, les références historiques, et en bleu les portraits de Lin Zha et Zhang Zhixin, les portraits sont des références wikipedia, libres de droit)

mardi 24 août 2021

Bluecon : convention nationale de science-fiction 2021

 Cette année, la convention nationale de science-fiction se tenait à Valbonne, dans les hauteurs de Nice, organisée sous la houlette bienveillante d’Ugo Bellagamba, secondé par Hélène Cruciani, Giulio-Cesare Giorgini, Jérôme Vincent et de nombreux et efficaces bénévoles.

Pour mémoire, cette convention a été nommée : «Bluecon 48me». Nous étions au C.I.V. : Centre International de Valbonne, dans les hauteurs de Sophia Antipolis, près de Nice. Si les journées étaient brûlantes, les nuits étaient agréables et fraîches, car déjà, l’altitude y est sensible. Le Centre est un magnifique bâtiment avec de vastes charpentes en bois, avec des salles réparties, du fait de la pente, sur de nombreux niveaux, beaucoup d'escaliers et une magnifique salle de cinéma, très confortable où ont eu lieu la majorité des interventions, projections de cinéma et pièce de théâtre.

Je vous propose mes souvenirs , dans l’ordre chronologique, sachant que je n’ai saisi qu'une seule image jeudi, car j’intervenais sur scène pour raconter le Magasin d’Éducation et de Récréation de Pierre-Jules Hetzel, Jean Macé et Jules Verne :  j’ai fait connaissance d'Ann Olsson-Rousset, Suédoise à l’impeccable maîtrise du français : inscrite à la convention de 2020 à Orléans, elle n’avait pu venir et plus lointaine inscrite...

-

PRÉCISION : toutes et tous portaient le masque et ont respecté les instructions de précaution sanitaire. À ma demande, pour les portraits, chacune et chacun ont accepté de poser sans masque, le temps de la photo, c'est à dire un soixantième de seconde. Pas plus.


1°) LES REVUES : exposition de revues et évocation de la table ronde sur la revue Univers.

2°) PARTICIPER : PORTRAITS : Vendredi 20 août

3°) Retrouvailles à la buvette à la mémoire de Joseph ALTAIRAC

4°) PARTICIPER : PRIX ET PORTRAITS : Samedi 21 août.

-

Photographies : © Bernard Henninger

-



Bluecon SF Valbonne 2021 : derniers portraits et prix

L'Agora, lieu central de la convention et ses stands

 Le samedi est traditionnellement le jour central de la convention et culmine avec l’élection de l’équipe organisatrice de la convention «N+2», nous avons donc voté : la convention 2023 se tiendra à Carpentras.

À la suite, Natacha Vas Deyres, avec Bénédicte Coudière, Amélie Ferrando et [je ne me souviens pas de son nom, d'avance merci à qui me corrigera] ont fait le point sur l’avancement de la convention 2022 qui se tient à Bergerac. Puis sont proclamés les prix de la convention.

-

Sylvie Poulain

Le prix Alain Le Bussy — traditionnellement remis à la convention depuis dix ans — revient à Sylvie Poulain, pour sa très jolie nouvelle : «Vingt mille nuits sans lumière».

-

Nicolas de Torsiac

-

Le prix Aristophane à «La Faute de madame Butterfly» d’Éric Vial-Bonacci. Soulignons la présence de l’auteur du troisième ex æquo, Nicolas de Torsiac, pour «La VAR et ses précieuses ridicules».

Le prix Rosny aîné de la nouvelle est attribué à «Conte de la pluie qui n’est pas venue» d’Estelle Faye.

Le prix Rosny aîné du roman 2021 est attribué à «Quitter les monts d’automne» d’Émilie Querbalec. 

Le prix Cyrano 2021 est attribué à Claude Ecken qui était présent.

-

Claude Ecken

-

Et le prix Versins du plus mauvais jeu de mots à une création en duo de Pascal J. Thomas et Bernard Dardinier. Saluons tous les lauréats pour leurs valeureux apports à l’imaginaire et à la science-fiction!

-

Sylvie Poulain, Claude Ecken et Nicolas de Torsia

-

La soirée fut consacrée à la vente aux enchères. Auparavant, d'autres participants ont accepté de se prêter au jeu du portrait :

Hélène Destrem

Sélène Verri
Chrystelle Camus
les éditions Nestiqvenen étaient présentes

Pour cause de retour au long cours, nous sommes repartis le dimanche, avec des souvenirs plein la tête, quelques disputes, sans doute inévitables, de chaleureuses rencontres et échanges, du stress, et le plaisir de «participer», une émotion pour laquelle on donnerait sa collection de carambars.