Goggle Analytics

dimanche 12 mars 2017

Trappist-1 vue par Kepler

L'image ci-dessous vient directement du site de la NASA, et nous donne à voir l'étoile TRAPPIST-1 qui a défrayé la chronique les semaines passées, vue par un des plus puissants instruments existants, le télescope spatial KEPLER.
-

- Trappist-1 filmée par KEPLER -
-
L'observatoire spatial KEPLER est une réalisation de la NASA, qui vise une portion de ciel et étudie les transits de planètes devant leur étoile. Pour donner une idée de ses performances, KEPLER a détecté un millier d'exoplanètes et étudie 4000 candidates à ce titre. C'est l'observatoire d'exoplanètes le plus puissant et le plus précis existant à ce jour.
-
Qu'est-ce qu'un transit planétaire ?
-
1°) Il faut bénéficier d'un point de vue adéquat. Si vous vous situiez dans le plan du système solaire, mais très loin, un œil très sensible observerait à chaque fois qu'une planète passe devant le soleil une petite variation de luminosité.
Jupiter produirait une variation de luminosité assez nette, alors que Mercure en produirait une trop faible pour que les instruments la détectent. (Et si Jupiter se situait à la place de Mercure, une variation nettement plus importante, raison pour laquelle les premières exoplanètes se sont toutes révélées être ce qu'on a appelé par la suite des « Jupiters chauds »).
-
2°) Le transit d'une planète crée un faible écart de luminosité, qui peut-être amplifié par les vibrations du satellite, ce que les spécialistes nomment la « vacillation » des pixels (c'est ce que montre le film ci-dessus).
Donc, si un creux permet de suspecter une planète, il en faut au moins deux pour suspecter sa période, et sans doute plusieurs autres pour éliminer des calculs les multiples erreurs d'observation, et éliminer le transit que produirait un caillou située entre le télescope spatial et l'étoile (mais qui ne passe qu'une fois)... Cela donne une idée de la complexité des calculs et nous ramène, loin des belles images d'artiste qui ont illustré Trappist-1 et son cortège de planètes, à la réalité étudiée.
-
La NASA précise, à propos de cette image que « pendant la période comprise entre le 15 décembre 2016 et le 4 mars 2017, l'observatoire spatial Kepler, a observé TRAPPIST-1 pendant 74 jours. Cette animation montre 60 mesures de luminosité ou photos prises par la « caméra » à bord de Kepler une minute durant, une fois par heure le 22 février [...] L'image couvre une zone de 11 pixels carrés ou 44 secondes d'arcs du ciel. Cette zone est équivalente à un grain de sable tenu à bout de bras (sur fond de ciel...) »
.
(je mets « caméra » entre guillemets, car si le mot est une commodité bien pratique, pour un cameraman comme moi, cette caméra est si sophistiquée, puissante, précise, sensible, qu'elle est vraiment différente de celle que j'utilise quotidiennement) et seule la fonction rappelle ce qu'elles ont de commun.
— La voilà  ! Vous voyez ce que je voulais dire ? :-) —
-
Donc, voilà à quoi ressemble Trappist-1 cette mystérieuse étoile naine ultra froide, située à 39 années-lumière du Soleil, et dont la masse vaut 8% du soleil, une étoile si petite que les planètes rocheuses qui tournent autour produise une variation assez sensible pour que nos chercheurs les étudient. Fascinant, non ?

mardi 7 mars 2017

Un point sur la Convention de Science-Fiction de Grenoble 2017

-
Bonne nouvelle, la Convention de Grenoble 2017 qui était en difficulté depuis la défection d'un de ses partenaires, aura lieu ! La nouvelle vient d'être annoncée sur leur site, les Rêvailleurs

Et elle se tiendra, comme la dernière fois en 2010 sur le campus de Grenoble, mais dans les locaux de l’université Stendhal, dans le Hall Sud.
-

-
Notez bien les dates : du 13 au 16 Juillet 2017, Juillet (et non pas août, cette année).
-
Trois des invitées d'honneur sont connues, il s'agit de :
-
-
Joëlle WINTREBERT qu'on ne présente plus mais qu'on retrouve avec plaisir dans les conventions où sa participation est toujours dignement fêtée
-
-
Christelle DABOS et de sa très jolie trilogie des « FIANCÉS DE L'HIVER » 
-

-
et de Morgane CAUSSARIEU qui viendra peut-être avec son nouveau roman (et sans doute Je suis ton ombre)
-
Le dernier rapport d'avancement de Frédéric FROMENTY annonce que le nouveau site se double d'un inconvénient, une surcharge financière, liée aux obligations actuelles en matière de sécurité et de gardiennage : en conséquence, l'association organisatrice lance une souscription sous forme de financement participatif et, pour avoir moi-même testé les mille et une difficultés de l'aventure (passionnante, amusante, mais complexe) que représente une Convention, il est important de les soutenir dans la difficulté.
En ces temps troublés, une seule urgence : faites parler votre cœur et soutenez les évènements qui en valent la peine !
La campagne de financement participatif est gérée par : 

vendredi 3 mars 2017

Rétro sur cinq ans de présidence et de spatial

 Alors que la fusée VEGA s'apprête à lancer le second satellite SENTINEL-2B, dédié à l'observation de la Terre, je me souviens que j'ai voté François Hollande, en priant secrètement pour que ce président de crise soit un président de New Deal : puisque nos industries sont bloquées, ouvrons des chantiers qui aillent de l'avant, au nombre desquels j'aurais bien rêvé, par exemple, d'un observatoire astronomique spatial.
-
-
 Cinq ans plus tard, je me souviens d'un communiquant opportuniste applaudissant à l'atterrissage de Philae (et partant avant qu'on s'aperçoive qu'il était raté), et c'est à peu près la seule et unique fois où ce président de la Com' a daigné être présent dans le spatial : la mission avait pourtant été décidée en 1985, alors qu'il était conseiller du président Mitterrand, mais elle a été lancée le 2 mars 2004, sous la présidence de Jacques Chirac. La continuité en politique semble avoir un coût plus exorbitant que le montant de la dette Grecque.
-
-
 Que nous restera-t-il de ce quinquennat en matière spatiale ? Le chantier des Ariane 6 ? L'importance du président apparaît toujours secondaire dans un dossier qui a été initié sous une présidence et achevé sous une autre, sans parler des changements ministériels, et du fait que ce chantier n'aboutira que sous un troisième...
 Peut-être l'engagement contre le Réchauffement climatique et ce programme Sentinel (la préparation du lancement de Sentinel-2B par Véga lundi 6 mars 2017,  illustrent ce post, merci aux images du blog du CNES )? Oui, sans doute, mais le Spatial ne peut-il servir à fournir autre chose qu'un miroir, une Image de Soi, le Spatial c'est une vision qui va de l'avant, qui interroge, qui explore, et qui par exemple soutiendrait la Recherche Française en matière d'astronomie qui est dynamique, innovante, qui trouve des Exoplanètes étonnantes, mais qui a besoin de plus d'outils et de chercheurs...
 Oui, ce président aurait pu aussi choisir des ministres compétents dans leur domaine, en matière de recherche, ou de culture, pour parler d'un domaine que je connais mieux (ah la loi scélérate sur les Livres Indisponibles !). Se montrer à Kourou, se montrer à Avignon, se montrer au C.E.R.N. qui est une belle réalisation européenne, en 2011, au moment de l'annonce de la découverte du boson de Higgs, ça aurait été un joli moment. Même en tant que pur communicant, il aurait pu émettre une présence à défaut d'idées ou d'un chèque.
-
-
 Par exemple, l'idée de village lunaire, initiée par l'actuel directeur de l'E.S.A. Jan Wörner, pourrait être l'objet d'initiatives, d'études, de projet fondateur. Imaginez le titre dans la presse :
.
« Grande Première pour le village Lunaire ! »
.
ou encore un observatoire sur la face cachée de la Lune, projet genre Dragon de Lune qui nous revient de temps en temps, enfin, quoi, un coup de pouce, ça ne coûte pas si cher, et pour fédérer les bonnes volontés ça peut être très efficace. Y aura-t-il un jour un président qui désire faire avancer la connaissance, en se souvenant que c'est seulement en investissant dans l'avenir qu'un homme récolte les fruits des idées et du projet pour lesquels il a été élu ?
-
-
-
On peut aussi se souvenir, comme je le fais chez moi, parfois, que le Chemin suivi par chacun prime, que les grandes ouvertures se font dans de petites pièces, avec des gens qui travaillent des années dans l'obscurité avec l'absolue incertitude du moindre résultat. Et que les gouvernements ne font que passer tandis qu'une œuvre, quelle qu'elle soit, prend forcément l'allure d'un terme dont la longueur est indéfini... Et c'est vrai que la recherche Française en matière d'astronomie peut se targuer d'avoir trouvé et imaginé beaucoup de choses avec des moyens modestes, mais bien employés...
.
Et ces chercheurs patients et travailleurs nous aident à rêver.
.


dimanche 26 février 2017

TRAPPIST-1 : un travail de bénédictin

 Quand une agence américaine revendique une étoile nommée Trappist-1, découverte par un groupe nommé Speculoos... on commence par se dire qu'il y a un léger détournement de paternité !
 Cet aveu d'impuissance du premier de classe qui revendique une découverte Belge déconcerte !
-
-
Speculoos, Trappist, tout ça nous emmène en Belgique et parvient, au plaisir d'associer à une belle recherche un doigt d'humour. Même les Français ne savent pas faire ça !
-
-
Donc, à l'origine, plusieurs chercheurs suisses, français et belges ont eu l'intuition que, pour trouver des planètes de petite taille, il fallait pointer de petites étoiles, des naines brunes ou rouges, qui, du fait de leur petite taille, seraient sensibles, en terme de transit planétaire, à de petits objets célestes, — précisions apportées par Franck Selsis — et ils ont eu l'idée de s'associer pour développer leur but.
-
Ainsi un belge, Michaël Gillon, a pris la tête d'un vaste groupe qui a pris le nom de Speculoos, sans que la nationalité importe toujours, chacun ayant pratiqué dans des universités étrangères, des Belges inscrits au M.I.T. ou un Américain qui travaille à Bordeaux...
-
Aux côtés de Michaël Gillon, des chercheurs Belges, Emmanuel JEHIN et Julien DE WIT, mais aussi on relève les noms de Franck SELSIS, que les participants aux conventions de SF et beaucoup d'autres connaissent bien et de Didier QUELOZ, co-découvreur de la toute première exoplanète, car la recherche et la découverte d'exoplanète est un travail typiquement européen. 
-
Après, il y a un observatoire automatique, TRAPPIST, installé à La Silla (près du télescope européen), qui prit le premier le nom de Trappist qui est peut-être autant une référence ironique à la bière, qu'à la recherche désintéressée et attentive des phénomènes, telle que la pratiquaient les bénédictins.
-
Et ce travail de bénédictin, comme dit le proverbe, a fini par donner un fruit qui sort de nos catégories de compréhension, une étoile située à quarante années-lumière, c'est-à-dire pas si loin qu'on ne puisse rêver d'y envoyer une sonde... et à laquelle fut donnée le nom de TRAPPIST-1.
-
-
Cette étoile est si petite qu'elle est d'une taille comparable à celle de la planète Jupiter (sa masse vaut 8% de celle du soleil), et si froide qu'il règne une température de 2300 Kelvin à sa surface, donc il faut se tenir tout près pour récolter de chaleur. Et autour d'elle, sans doute figées dans leur rotation : rotation synchrone, comme la Lune qui présente toujours la même face à la Terre, sept petites planètes, SEPT, comme les sept nains.
La septième a une période de révolution estimée à 20 jours.
-
-
Le système est si petit qu'il est plus facile de le comparer à Jupiter et ses lunes glacées.
-
-
Après, beaucoup de question : Quelle chaleur ? Planètes rocheuses ? Comment en obtenir des images ? (sans doute est-ce là que la collaboration avec la NASA est incontournable : les chercheurs vont avoir besoin d'Hubble, Spitzer, et du futur James Webb telescop...) ? Y a-t-il de l'eau liquide ou une atmosphère autour de l'une d'elles, sans parler de la question qui nous brûle les lèvres... Une très jolie découverte dont tout le monde a parlé, y compris les grands média, mais il eut été dommage d'en faire ici l'impasse. J'utilise les images publiées par Franck SELSIS qui aident à se faire une idée de cette naine rouge et de ses sept planètes singulières et qui sont d'Amanda Smith.
-
De quoi s'agit-il ? LES ACRONYMES
SPECULOOS  : Search for habitable Planets EClipsing ULtra-cOOStars, recherche de planètes habitables éclipsant des étoiles ultra-froides. 
TRAPPIST (TRAnsiting Planets and PlanetesImals Small Telescope, petit télescope dédié aux planètes en transit et aux planétésimaux).
-
Images : IoA/Amanda Smith



mercredi 22 février 2017

Galaxie des antennes

 Il s'agit de deux galaxies, situées à 45 millions d'années-lumière, célèbres par leur nom pour les gens de télévision, et tout à fait singulières puisqu'elles devraient fusionner dans quatre cent millions d'années.
-
-
Juste un aparté pour préciser les ordres de grandeur : quatre cent millions d'années : si on effectue un bond en arrière cela nous mène bien au-delà des dinosaures, et avant même les animaux terrestres, le Dévonien, caractérisé par une grande extinction dont nul ne connaît les causes. Situé à la fin de ce qui s'appelait l'ère Primaire, (quand je l'ai appris au collège), et qui s'appelle Paléozoïque. C'est l'époque, pour les animaux terrestres, des premiers amphibiens et des premiers arthropodes, des acariens et des scorpions. Donc si la nouvelle avait été annoncée à cette époque, seuls les scorpions et les acariens ayant inventé l'écriture et les bibliothèques, seraient capables d'en retrouver trace dans leurs archives.
-
Quant à quarante cinq millions d'années-lumière, la lumière qui imprime nos télescopes a été émise au début du Cénozoïque, pendant l'éocène, à l'époque où sont apparus les premiers mammifères modernes, dont quelques uns de nos ancêtres primates.
-
Ces images ont été publiées sur le site du CNES et les auteurs précisent que la fusion des deux créera une galaxie plus grande que notre Voie Lactée.
-
-

La seconde image est la même que la première, mais elle est la synthèse de trois observatoires spatiaux : Hubble, Chandra (rayons X) et Spitzer (infrarouge), et elle permet de montrer une plus grande variétés de "détails". En orange, (en haut à droite et en bas à gauche), le cœur des galaxies, en rouge, les zones froides, là où se créent de nouvelles étoiles, en ocre, des veines de poussière (ou de futurs bras spiraux), futures pouponnières d'étoiles également. Mariages, enfants, quand les étoiles parlent d'amour...

dimanche 12 février 2017

Osiris Rex recherche un Troïen

-
Vous souvenez-vous d'OSIRIS REx ? Lancée en 2016, cette mission de la NASA vogue vers un astéroïde, Bénou, (l'âme de Râ, chez le les Egyptiens),
-
-
 en orbite autour de la Terre avec pour objectif de prélever (en 2018) et de ramener sur Terre (en 2023) des échantillons de cet astéroïde, dont la trajectoire, géocroiseur proche de la Terre,  promet de nous apporter une moisson d'informations sur les origines de la Terre.
-
-
En attendant, Osiris Rex voyageant sur l'orbite terrestre à près de 150 millions de kilomètres de distance, soit le point de Lagrange L4, les scientifiques de la Nasa lui ont assigné pour mission annexe, d'observer le ciel afin de savoir si la Terre possède des astéroïdes troïens, c'est à dire voyageant de concert avec la Terre, mais légèrement en avance : en effet, depuis la Terre, cette zone parasitée par le soleil ne permet pas de réaliser des observations fiables et la réponse à cette question, qui a l'air si simple, est une totale inconnue.
-

dimanche 29 janvier 2017

Birmingham (Randy Newman)

-
Pour une fois, commençons par la version seconde, car le piano est un instrument cher à mon cœur, et je trouve souvent du charme à ces versions instrumentales, jouées par des amateurs, avec quelques hésitations qui montrent la magie de la mélodie :
-
-
Birmingham figure dans Gold Old Boys, le quatrième album de Randy Newman, et elle figure parmi les chansons les plus célèbres du compositeur :
-
-
Voici les paroles :
"Birmingham"
-
Got a wife, got a family
Earn my livin' with my hand
I'm a roller in a steel mill
In downtown Birmingham
-
My daddy was a barber
And a most unsightly man
He was born in Tuscaloosa
But he died right here in Birmingham
-
Birmingham, Birmingham
The greatest city in Alabam'
You can travel 'cross this entire land
But there ain't no place like Birmingham
-
My wife's named Mary
But she's called Marie
We live in a three room house
With a pepper tree
I work all day in the factory
That's alright with me
-
Got a big black dog
Whose name is Dan
Lives in my backyard in Birmingham
He is the meanest dog in Alabam'
Get 'em Dan
-
Birmingham, Birmingham
The greatest city in Alabam'
You can travel 'cross this entire land
But there ain't no place like Birmingham
-